FMI : La guerre en Ukraine assombrit les perspectives économiques mondiales

Dans un blog publié avant la réunion de cette semaine des responsables financiers du Groupe des 20 principales économies, la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, a déclaré que la guerre de la Russie en Ukraine avait considérablement assombri les perspectives économiques et que le FMI était sur le point de revoir à la baisse ses perspectives pour 2022 et 2023.

La directrice du FMI annonce que le Fonds allait revoir à la baisse ses prévisions de croissance de 3,6 % en 2022 pour la troisième fois cette année et qu’elle ne pouvait pas exclure une récession l’année prochaine. De nouveaux chiffres sont attendus plus tard ce mois-ci, après une révision à la baisse de près d’un point de pourcentage complet en avril.

« Quand le G20 s’est réuni pour la dernière fois, en avril, le FMI venait juste de revoir à la baisse ses prévisions de croissance mondiale à 3,6 % pour cette année et la prochaine, et nous lancions alors comme avertissement que cela pourrait empirer en raison des risques potentiels de détérioration à venir », a déclaré Kristalina Georgieva. « Depuis, plusieurs de ces risques se sont concrétisés et les crises multiples auxquelles le monde fait face se sont intensifiées », poursuit-elle.

Mme Georgieva a déclaré que la guerre provoquait une tragédie humaine de plus en plus grave, tandis que les chocs liés aux matières premières ralentissaient la croissance et faisaient grimper les prix, exacerbant une crise du coût de la vie qui menaçait de faire basculer 71 millions de personnes supplémentaires dans l’extrême pauvreté.

Plus forte que prévu, l’inflation s’étend à l’ensemble des prix plutôt que de se limiter à ceux des aliments et de l’énergie, d’où la décision des grandes banques centrales de resserrer d’un cran leur politique monétaire, une mesure qui, bien que nécessaire, pèsera sur la reprise. Les perturbations persistantes liées à la pandémie (surtout en Chine) et les goulets d’étranglement qui entravent à répétition les chaînes d’approvisionnement mondiales nuisent à l’activité économique.

Selon des indicateurs récents, les résultats du deuxième trimestre seront médiocres et dans la Mise à jour des Perspectives de l’économie mondiale que nous publierons ce mois-ci, nous prévoirons une nouvelle révision à la baisse des chiffres de la croissance pour 2022 et 2023.

« Les pays doivent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour réduire l’inflation élevée… car la persistance d’une inflation élevée pourrait faire sombrer la reprise et détériorer davantage le niveau de vie, en particulier pour les personnes vulnérables », a-t-elle déclaré, ajoutant que les préoccupations croissantes concernant l’approvisionnement en nourriture et en énergie augmentaient également les risques d’instabilité sociale.

Pour éviter une aggravation de la faim, de la malnutrition et des migrations, les pays les plus riches devraient apporter un soutien urgent aux personnes dans le besoin par le biais de nouveaux financements bilatéraux et multilatéraux, ainsi qu’en annulant les récentes restrictions sur les exportations alimentaires, a déclaré Mme Georgieva.

La plupart des banques centrales devraient continuer à resserrer leur politique monétaire de manière décisive, en particulier dans les pays où les attentes en matière d’inflation commencent à se désancrer. Si aucune mesure n’est prise, a-t-elle ajouté, ces pays pourraient être confrontés à une « spirale destructive des prix et des salaires » qui nécessiterait un resserrement monétaire plus énergique, avec des conséquences encore plus néfastes pour la croissance et l’emploi.

Les responsables politiques devraient également être prêts à recourir à des interventions de change ou à des mesures de gestion des flux de capitaux lorsque les chocs externes sont si disruptifs qu’ils ne peuvent être absorbés par les seuls taux de change flexibles, a écrit Mme Georgieva.

La directrice du FMI prévient également qu’ « il est également important de bien communiquer la nature des mesures qui seront prises, afin de préserver la crédibilité de la politique monétaire car les risques sont nombreux. Par exemple, si l’inflation continue de nous réserver de mauvaises surprises, il faudra resserrer les politiques monétaires encore plus que ce que les marchés ont déjà intégré, ce qui pourrait se traduire par un regain de volatilité et une nouvelle vague de liquidations de titres à risques et d’obligations souveraines. Ce phénomène risquerait à son tour d’amplifier les sorties de capitaux depuis les pays émergents et les pays en développement ».

Les pays dont le niveau d’endettement est élevé devraient réduire leur dépendance à l’égard des emprunts en devises étrangères et réduire leurs dépenses budgétaires afin d’alléger le poids des emprunts de plus en plus coûteux.

Mais elle a déclaré que des efforts urgents étaient également nécessaires pour réduire la dette, en particulier dans les économies émergentes et en développement avec des obligations en devises étrangères élevées, en notant qu’environ 30 % des pays émergents et 60 % des nations à faible revenu étaient maintenant dans ou près du surendettement.

eh


La source: FMI : La guerre en Ukraine assombrit les perspectives économiques mondiales

You May Also Like